L’homme de 81 ans vient de donner son sang pour la dernière fois, il a sauvé 2,4 millions de bébés

L’homme de 81 ans vient de donner son sang pour la dernière fois, il a sauvé 2,4 millions de bébés

mercredi, 16 mai 2018

Nous pouvons tous sauver des vies. Pas forcément besoin d’un acte héroïque pour cela car nous pouvons aussi tout simplement donner notre sang par exemple. C’est le cas de James Harrison, un Australien qui a une composition du sang atypique qui a fait de lui un véritable sauveur comme l’indique CNN.

À 81 ans, cet homme est un père et un grand-père qui collectionne les timbres et aime les promenades. Mais c’est aussi celui que l’on surnomme ‘L’Homme au Bras d’Or’. Toutes les semaines depuis 60 ans, James Harrison donne son sang :

« En 1951, j’ai subi une opération de la poitrine et ils ont retiré un poumon – j’avais 14 ans. Quand je suis sorti du bloc, ou quelques jours après, mon père m’a expliqué ce qui s’était passé. Il m’a dit que j’avais reçu 13 poches de sang et que je devais ma vie à des inconnus. Il était donneur et j’ai dit que quand j’aurais l’âge, je deviendrais moi aussi donneur de sang. »

Suite à son don, les médecins le contactèrent en lui expliquant que son sang était précieux et pouvait être la réponse à un problème qui causait de nombreuses morts. En effet, à l’époque, la maladie hémolytique du nouveau-né faisait rage. Cette maladie est due à la destruction des hématies de l’enfant par les anti-corps présents chez la mère. Jemma Falkenmire de la Croix-Rouge australienne a expliqué à ce propos :

« En Australie, jusqu’en 1967 environ, des milliers de bébés mourraient chaque année, jusqu’à ce que les docteurs comprennent pourquoi et c’était horrible. Les femmes faisaient de nombreuses fausses couches et les bébés naissaient avec des dommages cérébraux. »

Cette maladie peut toucher les bébés ayant un groupe sanguin positif alors que leur maman est d’un groupe sanguin négatif. Hors, le sang de James Harrison présentait des anti-corps inhabituels. Les médecins les ont analysés et ont découvert qu’ils pouvaient s’en servir pour lutter contre la maladie hémolytique du nouveau-né grâce à l’injection de l’anti-corps en question.

Baptisé Anti-D, cet anti-corps a permis à l’Australie d’être le premier pays à découvrir comment stopper cette maladie. Depuis la création de cette cure, ce sont plus de 2 millions de bébés qui ont été sauvés grâce au sang de James Harrison.

« Plus de 17% des femmes en Australie présente un risque, donc James a vraiment été à sauver de nombreuses vies. »

En Australie, seulement une cinquantaine de personnes ont cet anti-corps dans leur sang et James est considéré comme un héros national. Pendant 60 ans, il a donné son sang, mais aussi son plasma, sans jamais regarder l’aiguille entrer dans sa veine comme il l’indique. Aujourd’hui, à 81 ans, il a décidé de prendre enfin sa retraite après avoir donné son sang pour la 1173e et dernière fois.

Ce donneur émérite a atteint l’âge maximum pour donner son plasma mais peut être fier de ce qu’il a accompli.  Il a même sauvé sa propre petite-fille en 1992. Un véritable héros de ceux qu’on oublie trop souvent! N’hésitez pas à partager cet article avec vos proches sur Facebook!

Cette femme a nourri un raton laveur aveugle plusieurs années, et un jour il venu avec deux gardes du corps

Son fils découvre quelque chose d’étrange après que ce papa soit allé récupérer le chien du toilettage

Cette vidéo montre ce qu’étaient les bébés nageurs dans les années 70 et choque les internautes

Un appel à la mobilisation de Brigitte Bardot et Rémi Gaillard pour dénoncer « l’enfer des abattoirs »

3 jolies femmes montent sur scène – dès qu’elles commencent à chanter, le jury éclate de rire

Après leur coming-out, la mère a choisi de devenir un homme et son fils de 14 ans est devenu une fille